Ce lundi à Bruxelles : L’UE statue sur la situation politique en RDC

Au regard du blocage observé dans la mise en œuvre de l’Accord du 31 Décembre 2016, des voix se lèvent
pour que les 27 puissent imposer des sanctions ciblées supplémentaires contre les dirigeants congolais

Le Conseil des affaires étrangères de l’Union européenne  se réunit ce lundi 6 mars à Bruxelles, capitale belge, pour discuter de la situation politique en République démocratique du Congo.  Cette réunion tombe à point nommé avec les violences  qui se sont intensifiées à travers le pays ces derniers mois, faisant des centaines de morts, y compris dans les provinces du Tanganyika, du Nord-Kivu, et des Kasaï, ainsi que dans la capitale, Kinshasa.

Certains incidents étaient liés à la crise politique plus large et aux tentatives de Kabila de se maintenir au pouvoir.  L’UE  devait décider pour renforcer la pression sur le président Kabila et pour œuvrer à freiner la répression politique et chercher à s’assurer que les personnes responsables de graves violations des droits humains soient tenues de rendre des comptes.

L’Accord du centre interdiocésain mis à mal

Au regard du blocage observé dans la mise en œuvre de l’Accord du 31 Décembre 2016, des voix s’élèvent pour que les 27 puissent imposer des sanctions ciblées supplémentaires contre les dirigeants congolais.  Deux mois plus tard, la mise en œuvre de l’Accord  peine à progresser, il n’y a pas encore de consensus sur les « arrangements particuliers » relatifs à sa mise en œuvre, le nouveau gouvernement doit encore être nommé, et il n’y a toujours pas de calendrier électoral.

Les engagements pris quant à la libération des prisonniers politiques et à la réouverture des médias fermés arbitrairement n’ont toujours pas été tenus.  L’Accord appelle à la tenue d’élections présidentielles avant la fin de 2017, et stipule qu’il n’y aura ni référendum ni modification de la constitution pour permettre à Kabila de briguer un troisième mandat.

Etant donné la répression politique qui se poursuit, l’absence de justice pour les violations passées, et les violences à grande échelle qui ont éclaté dans de nombreuses régions du pays, l’UE devrait mettre à profit cette réunion pour imposer des sanctions ciblées supplémentaires y compris des interdictions de voyager et des gels d’avoirs à l’encontre des individus portant la plus grande part de responsabilité pour les graves violations des droits humains , a souhaité Ida Sawyer,  Directrice pour l’Afrique centrale à Human Rihgts Watch (HRW).

Annoncer une nouvelle série de sanctions maintenant et aller plus haut dans la chaine de commandement  enverrait un message fort, selon lequel l’UE reste engagée à protéger les droits humains, à assurer l’organisation d’élections crédibles dans des délais appropriés, et à œuvrer à empêcher que la situation en RD Congo, déjà explosive, ne se détériore davantage, renchérie-t-elle.

Des sanctions contre les responsables de répression

Pour rappel, le 12 décembre dernier, les ministres des Affaires étrangères de l’UE avaient annoncé des sanctions ciblées contre sept responsables de haut rang du secteur de la sécurité qui ont joué un rôle clé dans la répression ces deux dernières années. L’UE avait déclaré à cette occasion que « des mesures restrictives supplémentaires pourront être envisagées en cas d’obstruction du processus politique ou de nouvelles violences » dans le pays.

Ces mesures  annoncées le même jour où les Etats-Unis ont imposé des sanctions ciblées contre des responsables congolais de haut rang  semblent avoir eu un réel impact, ébranlant l’élite politique et sécuritaire du pays, et faisant pression sur la coalition au pouvoir du président Joseph Kabila pour faire de réelles concessions et approuver l’Accord de la Saint Sylvestre, facilité par l’Église catholique.

Depuis la dernière série de sanctions de l’UE, les forces de sécurité congolaises ont tué plus de 50 personnes lors des manifestations tenues à travers le pays le 19 décembre, date de l’échéance du deuxième et dernier mandat de Kabila autorisé par la constitution et aux alentours de cette date.

Plusieurs dizaines de personnes leaders et partisans de l’opposition, jeunes activistes pro-démocratie et manifestants pacifiques  ont été mises derrière les barreaux.

Par Godé Kalonji

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

TV de la Diaspora

Acheter Happy Box TV

happy tv box

Ecouter la Radio !

+32 486.330.897

+32 466.440.618

Diaspora Congo Actualité

ActualitéCampagne électorale/incidents à Kindu : « La peur a changé de camp » (Martin Fayulu)
10/12/2018
article thumbnail

Kindu risque d’être un rendez-vous manqué pour le candidat président de la coalition Lamuka. Alors qu’il s’apprêtait à effectuer une descente dans le chef- lieu de la province du Maniema dans le cadre de la campagne électorale, Martin Fayulu et les siens seront contraints de passer la nuit à Kisangani à cause des incidents qui y sont survenus. Selon l’association congolaise pou [ ... ]


ActualitéProbable candidature de Kabila en 2023 : » J’ai l’impression que Kabila ne connaît pas bien la constitution », réplique Fayulu
10/12/2018
article thumbnail

Désormais, c’est du coup pour coup dans la sphère politique congolaise. Quelques minutes après avoir affirmé devant la presse étrangère qu’il n’exclut pas la possibilité de se représenter à la présidentielle de 2023, Joseph Kabila a été tout de suite contredit par Martin Fayulu, candidat de la coalition Lamuka en tournée électorale à l’Est en RDC. Pour le candidat Lamuka [ ... ]


ActualitéL’Union européenne prolonge d’un an les sanctions contre les autorités congolaises dont E. Ramazani
10/12/2018
article thumbnail

L’Union européenne vient, dans un communiqué diffusé ce lundi 10 décembre, de prolonger pour une année les sanctions contre 14 autorités congolaises dont notamment Emmanuel Ramazani Shadary et Lambert Mende. Il s’agit du gel des avoirs et de restriction de visas dans l’espace Schengen. Ces sanctions avaient été prises en décembre 2016 et en mai 2017 pour entrave au processus él [ ... ]


ActualitéPrésidentielle : le président Kabila n’exclut pas de se représenter en 2023
10/12/2018
article thumbnail

Au Palais de la nation, devant quelques médias internationaux ce dimanche 09 décembre 2018, le président Joseph Kabila -empêché par la constitution de briguer un 3è mandat-, n’a pas exclu la possibilité de se représenter à la présidentielle de 2023. Pour le chef de l’État, s’exprimant sur son avenir politique ,  »dans la vie il ne faut rien exclure tant qu’on est en vie, en [ ... ]


Diascongo vous conseille :

logo

Publicité

Sondage

L’ONG JED a répertorié cent vingt et un cas d’atteintes à la liberté de presse en 2017 en République démocratique du Congo. Selon vous, ces atteintes sont dues :

Compteur des Visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui293
mod_vvisit_counterCette Semaine7319
mod_vvisit_counterCe Mois - ci16879
mod_vvisit_counterAu Total3218094

© Copyright 2013 Diaspora Congo TV. Designed by Ing. N B. Pitshou

Member Login